drapeau brexit

Actualité : immobilier français et Brexit, quelles conséquences ?

Cela ne vous a sûrement pas échappé : il y a quelques jours, le Royaume-Uni est sorti de l’Union européenne. Mais ce « Brexit » (contraction des mots « British Exit ») va-t-il avoir des conséquences sur le marché immobilier français ? [1]

Bourse, assurance vie, emploi et banques

Depuis l’annonce de la victoire du « oui » à la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, nous avons pu constater des conséquences sur la Bourse. En outre, les placements en assurance vie, tant appréciés par les Français, ont eux aussi perdu de leur valeur. Deux points qui pourraient avoir des conséquences sur les investissements des Français dans l’immobilier.

Les établissements financiers, quant à eux, risquent de se montrer davantage prudents pour l’accord de prêts en attendant d’en savoir un peu plus sur les relations entre la Grande-Bretagne et l’Union européenne.

Parallèlement, le Brexit aura très certainement des conséquences sur l’emploi de multiples Français. Or, qui dit chômage, dit impact sur les achats de logements.

Cependant, pour divers professionnels du secteur immobilier, le Brexit pourrait aussi être une bonne nouvelle et rendre la ville de Londres moins attrayante aux yeux des investisseurs qui se tourneraient alors vers l’Hexagone.

D’autres experts se montrent moins optimistes. Ils estiment que face à toute cette incertitude, les Britanniques résidant en France pourraient être contraints de vendre leur habitation. Quant à ceux qui souhaiteraient acheter, ils pourraient être amenés à repousser leur projet, voire l’annuler.

En outre, l’immobilier ne s’arrête pas à la Grande-Bretagne et à la France et si les investisseurs en arrivent à « bouder » les biens d’outre-Manche, rien ne dit qu’ils se tourneront vers la France. Il y a aussi l’Allemagne, l’Irlande et bien d’autres pays encore.

Britanniques, pouvoir d’achat et taxes plus importantes

Immédiatement après la victoire du « oui » à la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, la devise britannique a perdu 11 % de sa valeur par rapport à la devise européenne, une dépréciation qu’elle n’avait pas connue depuis 30 ans.

Les Britanniques ont donc perdu 11 % de leur pouvoir d’achat en euros ce qui veut dire que les prix de l’immobilier français sont 11 % plus élevés pour eux. En 2015, ils étaient les premiers acheteurs étrangers de biens en France (+44 % d’acquisitions), mais cela risque de changer en 2016 et après.

De plus, actuellement, les Anglais propriétaires de biens en France payent une taxe de 20 % sur les revenus locatifs et une autre taxe de 19 % sur les plus-values immobilières. Avec le Brexit, ces deux taxes pourraient passer, chacune, à 33 %.

« British exit » et immobilier de luxe français

Un mois avant l’annonce des résultats du référendum britannique, divers professionnels de l’immobilier français ont constaté, sur leurs sites web, une poussée des recherches et demandes venant de Londres. Certains dirigeants d’entreprises, quant à eux, ont même, suite à la victoire du « oui », décidé de transférer siège et équipes dans la capitale française.

Mais doit-on, pour autant, s’attendre à un « boom » de l’immobilier de luxe français ? Oui pour certains, non pour d’autres. Ces derniers rappellent ainsi que la Ville lumière n’est pas forcément la plus attractive actuellement. Les prix y sont élevés et elle est le théâtre de nombreuses manifestations (anti-loi travail, notamment) avec les violences et autres qui leur sont associées et qui ternissent quelque peu son image.

Mais la France ne se résume pas à sa capitale et les investisseurs britanniques peuvent aussi choisir d’acheter dans d’autres villes comme Cannes et autres. Cependant, à ce jour, Bruxelles et Francfort semblent être de meilleures candidates pour les investissements des Britanniques dans l’immobilier de luxe.

En résumé

Il est pour l’instant difficile de parler des conséquences du Brexit sur le marché immobilier haut de gamme français. Certains pensent que cet événement va le booster quand d’autres se montrent plus réservés à ce sujet.

L’immobilier traditionnel, quant à lui, risque de pâtir de cette sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Mais une fois de plus avec le secteur immobilier, nous ne pouvons jamais être certains et nous ne sommes pas à l’abri de surprises, bonnes comme mauvaises.

 

Pour évaluer l’impact du Brexit sur l’immobilier français, il va donc falloir attendre d’avoir davantage de recul.

 

[1]    http://www.capital.fr/immobilier/tribune/henry-buzy-cazaux/brexit-quelles-consequences-pour-le-marche-immobilier-francais-1141891 + http://www.directgestion.com/sinformer/filactu/31978-brexit–limmobilier-francais-doit-il-se-rejouir- + http://www.huffingtonpost.fr/nicolas-tarnaud/consequences-brexit_b_10699724.html + http://patrimoine.lesechos.fr/immobilier/prix/0211070697100-brexit-tensions-sur-limmobilier-haut-de-gamme-parisien-2010126.php