Chasseur d’appartement Paris 19e pour un étranger primo-accédant

Trouvé !

Découvrez une recherche menée rapidement par Delphine Conty, notre chasseur d’appartement Paris 19e. Loin des siens, Simon se lance dans un premier achat immobilier et réclame l’aide d’un professionnel, pour la recherche et la valorisation de ses atouts auprès des vendeurs.

Quel est le contexte de l’investissement ?

Simon est un jeune trentenaire, qui travaille et habite à Paris depuis 8 ans. Actuellement, il est en location dans un quartier très animé, rue Montorgueil. Doté d’un certain pouvoir d’achat, il souhaite investir dans la pierre parisienne et recherche activement sa résidence principale.

 

Quelles sont les difficultés pour rechercher un appartement seul ?

Seul, Simon a déjà réalisé une vingtaine de visites d’appartements. Pour autant, dans tous les cas, il n’a formulé aucune offre. Autre menace et se montre plutôt disponible, il manque visiblement de filtres, pour ajouter de la performance à sa démarche. À chaque visite, il ne cesse de noter le décalage flagrant, entre les photos de l’annonce et la réalité. Il décide donc de faire appel à un chasseur immobilier pour l’accompagner dans sa recherche…

 

Pourquoi miser sur un chasseur immobilier ?

Simon appelle alors directement l’agence Home Select, pour recueillir quelques renseignements : à l’écoute de son projet, Jean Mascla le met en relation avec Delphine Conty, spécialiste dans le secteur qu’il convoite. Quelques jours plus tard, ils se rencontrent au domicile de Simon. Par ce premier contact, notre chasseur d’appartement parvient à mieux cerner le client : avec un bien traversant, mais sombre, chargé (poutres apparentes), bas de plafond (alors que son client est grand), elle comprend rapidement pourquoi il recherche son exact opposé ! Même la localisation ne lui convient plus ! Pour initier ce changement, le plus rapidement possible, il signe un mandat de recherche exclusif.

 

Comment Simon se projette-t-il ?

 

Sur la grille des critères de recherche, Simon souhaite un 2 pièces, avec une surface de 37 à 40 m², pour un budget de 370 000 €. Conscient du caractère tendu du marché parisien, il sait qu’il va devoir se montrer très réactif, tant au niveau des visites que pour les prises de décision. Par ailleurs, si le financement est très bon, la principale difficulté est que les 160 000 € d’apport attendent sur un compte étranger. Delphine lui conseille donc de faire valider son dossier auprès d’une banque ou d’un professionnel, pour pouvoir s’appuyer sur une offre ferme : parfois, un delta de quelques milliers d’euros génère une recherche radicalement différente. Le lendemain, Simon était en relation avec un courtier Home Select, pour valider sa capacité de financement.

 

Investir dans une situation complexe : quelle stratégie ?

À ce stade, Delphine et Simon s’organisent, pour faire preuve de la réactivité nécessaire à ce type de recherche : SMS, téléphone, application, tous les moyens de communication sont bons pour rester connectés ! En effet, il s’agit d’un dossier parfaitement réalisable, mais particulièrement « chaud », tout d’abord part par la nature du bien convoité, ensuite, par la source de financement étrangère et le statut indépendant de l’acquéreur…

 

Comment attirer l’attention sur des biens intéressants ?

Après avoir recherché activement son logement pendant plus de 6 mois, Simon reste attentif à toutes ses alertes. C’est pourquoi, lorsque Delphine le contacte pour lui proposer un bien, il lui dit bien souvent qu’il l’a déjà vu. Notre chasseur d’appartements Paris 19e décide donc de faire une mise au point : l’une de ses valeurs ajoutées est sa capacité à filtrer les annonces, pour ne retenir que les plus intéressantes. Il est donc impératif qu’il lui laisse toute la latitude nécessaire, pour exercer librement son activité.

 

Comment identifier la bonne opportunité ?

 

Rapidement, Delphine revient vers lui, pour lui proposer un nouveau bien : bien qu’il l’ait déjà vu et qu’il ne l’appréciait pas particulièrement, elle insiste pour procéder à la visite : avec ses « airs d’hôpital » — aussi épuré que blanc — il correspondait parfaitement à la demande de son client et se négociait à 370 000 € ! Le rendez-vous s’organise donc en fin de journée, vers 19 h et c’est un véritable coup de cœur ! Notre chasseur d’appartements lui conseille alors de réfléchir pendant la soirée et de se recontacter, ensuite, rapidement. Entre temps, Delphine retourne à l’agence immobilière, pour discuter avec l’agent en charge du dossier : y a-t-il une marge de négociation ? Y a-t-il d’autres personnes sur le bien ?

 

Le lendemain, elle organise une contre-visite, dans la matinée, pour que son client puisse le voir en pleine lumière ! Après confirmation de son intérêt, ils rédigent une offre à 360 000 € (selon les indications de l’agent). Le soir, l’agence immobilière les informe qu’un second acheteur a présenté une offre supérieure de 1 000 €. À ce stade, il n’y a que deux solutions : soit Simon fait immédiatement une offre au prix, soit il relève légèrement sa première proposition, au risque de  perdre le bien, au profit de l’autre acheteur, dans l’intervalle. Il rappelle donc une heure plus tard pour offrir les 370 000 € demandés. Affaire conclue !

 

Quel bien a retenu l’attention de Simon ?

 

Datant des années 70, l’appartement est un 2 pièces de 43 m², situé dans le 19e arrondissement de Paris, près des Buttes Chaumont. Si sa situation est légèrement en dehors de la zone prioritairement désirée par Simon, l’évolution prévue du quartier s’inscrit totalement dans le cadre de ses vœux. Au 8ème étage sur 9, il dispose d’une chambre sur cour, d’un balcon filant côté rue (7 m²), d’une cuisine indépendante et d’une salle de bain, avec WC séparé. Et l’argument supplémentaire de cet appartement : Une place de parking comprise dans le prix de départ ! À noter qu’il est possible de  louer cette place, entre 100-150 € par mois et qu’elle constituera toujours un excellent atout pour la revente.

 

Pourquoi l’acheteur a-t-il penché vers cet achat ?

Malgré le fait que Simon achetait seul, avec une famille géographiquement très loin, il a pu rapidement se positionner sur ce bien, parce qu’il bénéficiait d’une bonne appréhension du marché parisien et de ce qu’il était possible d’attendre de lui… Après une vingtaine de visites infructueuses, s’offrir un coup de cœur paraît plus facile ! Enfin, Delphine s’est bien employée à le rassurer sur cet achat et à l’entourer des ressources nécessaires, pour l’aider à prendre cette décision (notaire, courtier, conseils…)

 

Un embellissement était-il nécessaire ?

Simon envisage de faire quelques petits travaux. Si Delphine a naturellement proposé des contacts Home Select, pour l’accompagner dans cette démarche, il a préféré faire appel à une amie architecte, avec qui il a fait deux contre visites de l’appartement.

 

Ce que le chasseur immobilier a retenu

Avec une feuille de route peu précise (surface et prix uniquement), il est primordial de rapidement saisir les critères, dits et non-dits, pour gagner en efficacité. Puis, quand le produit est là, il est utile d’accompagner le client, pour qu’il puisse se positionner (ou non) sur le bien, sans avoir à subir le marché. Mais avant tout, Delphine retiendra une belle aventure humaine : loin de ses racines, le jeune homme avait besoin d’une oreille attentive et disponible.

 

Un client reconnaissant

Aujourd’hui, même si toutes les pièces sont bien réunies, les notaires ne parviennent pas à fixer une date. Pour Simon, qui ne souhaite qu’une chose – entrer au plus vite dans son 2 pièces parisien – l’attente est difficile. Heureusement, Delphine reste très présente, servant d’intermédiaires avec le notaire, tout en continuant à rassurer son client, quant aux délais, classiques dans le contexte actuel. Malgré son impatience (légitime), Simon est conscient et reconnaissant du travail accompli par la chasseur d’appartement Home Select !