plan grand paris

Grand Paris : gros plan sur le projet d’aménagement de l’agglomération parisienne

 

Aménager un territoire de 12 millions d’habitants pour améliorer leur quotidien ? C’est le pari lancé par la France avec le projet Grand Paris. Immense chantier de 35 milliards d’euros, il représente une chance exceptionnelle pour le développement de la capitale française ainsi que pour l’ensemble de la région Île-de-France.

Présentation du Grand Paris

Dates[1] et nombres clés

Le projet Grand Paris, ce sont plusieurs dates importantes :

=> Juin 2007: annonce, par Nicolas Sarkozy, du lancement du projet Grand Paris.
=> Mai 2010 : adoption de la loi sur le Grand Paris par le Parlement.
=> Juin 2010 : création de la Société du Grand Paris.
=> Janvier 2011: fusion de deux projets — Arc Express et Grand Paris — afin de donner naissance au futur Grand Paris Express
=> 2013: confirmation par le nouveau gouvernement, sous la présidence de François Hollande, de la réalisation du projet Grand Paris.

 

C’est donc en 2007 que le projet Grand Paris est initié, mais il met quelques années à être véritablement lancé. C’est Manuel Valls, actuel Premier ministre, qui va le remettre sur les rails. En octobre 2014, il annonce la levée de 140 millions d’euros de recettes dans le budget 2015 pour l’Île-de-France. En avril 2015, il explique que l’État « va engager un programme doté de 810 millions d’euros afin de “moderniser” les autoroutes et voies rapides routières d’Île-de-France non concédées au privé [et] dont la qualité n’est pas “suffisante” »[2]. L’idée est d’améliorer la gestion du trafic et faciliter la mobilité en Île-de-France. Manuel Valls veut également que l’insertion des autoroutes dans la ville de Paris soit améliorée.

En outre, le Premier ministre affirme sa volonté d’organiser et accueillir, grâce au Grand Paris, d’importants événements. Comme il l’explique « pour exister pleinement, le Grand Paris doit également orchestrer de grands projets populaires et fédérateurs »[3] comme les Jeux olympiques notamment, un événement international qui représente une véritable opportunité à saisir pour le Grand Paris.

Manuel Valls émet ainsi clairement le souhait que la capitale se porte candidate pour accueillir les Jeux olympiques de 2024, estimant qu’ils aideraient à booster le mouvement de construction de Paris. De même, il souhaite que l’exposition universelle de 2025 ait lieu dans la capitale française.

Mais pour qu’un tel projet et de tels événements puissent voir le jour, le travail et la collaboration de divers acteurs sont essentiels.

Les acteurs du projet Grand Paris[4]

Le principal acteur de cet immense projet est bien entendu l’État. Mais il n’est pas le seul puisque l’on retrouve également le Préfet de Paris et d’Île-de-France. Il est le représentant de l’État en région et une mission lui a été confiée : « engager avec les collectivités locales, la mise en œuvre et la négociation des contrats de développement territorial qui définissent les objectifs quantitatifs et qualitatifs en matière d’urbanisme, de logement, de transports, de déplacements et de lutte contre l’étalement urbain, d’équipement commercial, de développement économique, sportif et culturel, de protection des espaces naturels »[5].

 La SGP (Société du Grand Paris) fait également partie des acteurs institutionnels du projet. Il s’agit d’un établissement public à caractère industriel dont le rôle principal est de créer et mettre au point le schéma d’ensemble ainsi que les projets d’infrastructures qui composent le réseau de transport public du Grand Paris. Ses autres rôles ? Assurer la réalisation, l’entretien et le renouvellement des infrastructures et construire lignes, gares et matériels roulants.

L’Atelier international du Grand Paris, quant à lui, réunit quinze équipes d’architectes invités à réaliser un diagnostic paysager, prospectif et urbanistique du Grand Paris (sur une trentaine d’années).

Paris Métropole est un autre acteur du projet. Il s’agit d’un syndicat mixte d’études constitué de 193 collectivités, communes, intercommunalités et autres, rassemblés pour chercher et trouver des réponses à différents défis (sociaux, économiques, environnementaux…).

Les collectivités territoriales, enfin, participent aussi à l’élaboration et à la réalisation du projet Grand Paris pour lequel les maîtres mots sont durabilité, inventivité et solidarité.

Quand Grand Paris rime avec durabilité, inventivité et solidarité

 

Le projet Grand Paris a une triple vocation : améliorer la qualité de vie des habitants, remédier aux inégalités territoriales et construire une ville durable. Très contesté en raison de son coût et en particulier de celui de la double boucle de métro automatique, ce projet ambitieux prévoit de développer un immense réseau de transport et de plateformes de correspondance (hubs) reliant sept territoires de compétence. À noter : pour voir le Grand Paris tracé, de nombreuses cartes sont disponibles en ligne[6].

L’un des objectifs affichés avec le projet Grand Paris est donc la construction d’une véritable ville du 21e siècle, c’est-à-dire à la fois respectueuse de l’environnement (développement durable), inventive et solidaire. L’inventivité et la durabilité vont d’ailleurs de paire puisque les acteurs du projet ainsi que ceux qui en profiteront ont imaginé des solutions pour aménager la métropole du Grand Paris tout en prenant en compte la lutte contre le réchauffement climatique. Le Grand Paris se veut utile et agréable pour ses habitants grâce à la mise en place de projets qui « reposent sur une association étroite de tous les Franciliens, des élus, des collectivités locales. [Car] ce sont les habitants qui donnent vie et forme à un territoire, ils en sont la matrice. La ville durable est une ville pensée par et pour ses habitants »[7].

Le projet Grand Paris c’est aussi la rénovation du réseau de transport public existant et le développement de nouvelles lignes de métro pour la région Île-de-France. Ainsi, de véritables projets urbains pourront voir le jour tout comme de nouveaux quartiers avec pour but principal de rééquilibrer le « territoire francilien en faveur des quartiers isolés et enclavés »[8]. D’où l’idée de solidarité lorsque l’on évoque le Grand Paris.

Grand Paris et transport : un réseau plus développé

 

Chaque jour, des millions de personnes utilisent les transports en commun d’Île-de-France. Mais le constat est sans appel : les infrastructures ferroviaires de la région ont grandement besoin d’être améliorées et développées afin d’obtenir un réseau de transport aussi moderne qu’étendu. Cela permettra également aux usagers des transports en commun de passer moins de temps dans le métro ou encore le RER, mais aussi à ceux qui vivent dans les territoires les plus défavorisés d’Île-de-France d’avoir plus facilement accès aux zones où il y a du travail.

L’année 2015 marque le début de ces importants travaux sur le réseau de transport. Puis, de 2020 à 2030, toutes les lignes seront progressivement mises en service. On aura ainsi : 205 kilomètres de métro, 72 nouvelles gares et de 15 000 à 20 000 emplois directs chaque année. Avec ces nombreux travaux et évolutions, les objectifs visés sont multiples : désaturation des  différents types de transports existants (RER et autres), diminution des embouteillages ainsi que de la pollution automobile, lutte contre le développement des surfaces urbanisées hors des villes (étalement urbain) qui grignotent les terres agricoles et enfin, développement économique de l’Île-de-France, mais aussi du pays entier.

Durabilité, inventivité, solidarité, réseau de transport développé et modernisé… Le Grand Paris est un projet phare pour la région Île-de-France et doit permettre de développer différents secteurs, du transport à l’emploi en passant par l’immobilier. À propos d’immobilier, quel est donc l’impact du Grand Paris sur ce secteur ?

Projet Grand Paris et impact sur l’immobilier

grand paris immobilier

Un coup de pouce au secteur immobilier

Le projet Grand Paris représente une opportunité pour le marché immobilier. En Île-de-France, les prix élevés (à l’achat comme en location) empêchent de plus en plus de ménages de se loger. Il est donc plus que nécessaire que l’offre augmente. C’est pourquoi, l’objectif du Grand Paris est de construire 70 000 logements chaque année pendant 25 ans, soit un total de 1 750 000 logements à des prix adaptés au budget des Franciliens.

Le Premier ministre a annoncé que le choix des sites retenus pour de grandes opérations de construction de logements en région Île-de-France se ferait au mois de septembre 2015. Pourquoi seulement à ce moment-là ? Simplement afin de laisser le temps aux élus locaux de se concerter. De plus, le gouvernement envisage d’utiliser une Opération d’intérêt national (OIN) multi-sites afin de contrer la crise du logement à Paris.

 Pour la construction de ces futures habitations, la proximité et la facilité d’accès aux services sont importantes. Elles devront par conséquent se trouver le plus près possible des lieux de travail pour limiter le temps passé dans les transports (métro, voiture…). Les territoires situés aux abords des futures gares du projet Grand Paris sont donc prioritaires. Et pour que les prix de ces logements soient accessibles, le Grand Paris souhaite utiliser des procédés innovants comme le recours à la maquette numérique ou encore l’utilisation de techniques de préfabrication. De même, l’emploi de matériaux dits « bio-sourcés » est envisagé. Leur coût, inférieur à celui des matériaux classiques, est un avantage indéniable.

 

Et pour les investisseurs français comme étrangers, quels sont les secteurs à privilégier ?

Investissement immobilier dans le Grand Paris : les secteurs à privilégier[9]

 

grand paris gares

=> Le premier secteur est celui de Villejuif IGR (Institut Gustave-Roussy). La construction annuelle de 1 700 logements sur 15 années y est prévue. Le territoire de Villejuif Institut Gustave-Roussy accueille environ 35 000 étudiants et 8 500 chercheurs. En outre, on trouve trois hôpitaux à Villejuif ainsi que 17 laboratoires de recherche du CNRS ou encore quatre écoles d’ingénieurs. La gare du Grand Paris Express se trouvera au pied de l’Institut Gustave-Roussy, spécialisé en cancérologie. Cette station (de la ligne 15 sud) sera ainsi « interconnectée avec le prolongement de la ligne 14 d’ici 2023 puis jusqu’à l’aéroport d’Orly à l’horizon 2027 »[10]. En outre, 225 000 mètres carrés de foncier sont réservés pour y construire des logements.

=> Deuxième secteur important : celui de Noisy-Champs et son autre gare emblématique du projet Grand Paris. La cité Descartes souhaite devenir la référence mondiale dans le domaine de la construction durable en étant un quartier « zéro carbone » composé de bâtiments produisant plus d’énergie qu’ils n’en consomment. De même, ce secteur accueillera de nombreux nouveaux logements.

=> Troisième secteur qui devrait attirer les investisseurs : le Triangle de Gonesse qui se trouve entre deux aéroports (Bourget et Roissy-Charles de Gaulle). La construction d’un grand centre d’affaires (d’ici 2025) y est envisagée sur 280 hectares. De même, un complexe géant (EuropaCity) y sera construit, regroupant divers établissements (restaurants, hôtels…). Enfin, le programme Îlot Carnot Sud sera lancé par Bouygues Immobilier, proposant des appartements de deux à quatre pièces.

=> Quatrième secteur important : le Plateau de Saclay. Trois stations du Grand Paris Express y seront mises en services en 2023. Le campus Paris Saclay y a été créé en 2014 et des grands groupes issus de divers secteurs (recherche, alimentation…) s’y implanteront. Deux ZAC (zones d’aménagement concerté) seront aménagées avec 5 200 logements étudiants ainsi que 4 500 logements familiaux (d’ici 2018).

=> Autres secteurs à prendre en compte : Clichy-Batignolles et les Docks de Saint-Ouen.

 

Qu’en est-il des villes concernées par la mise en place de la double boucle de métro automatique ?

Double boucle de métro automatique du projet Grand Paris : 22 villes concernées

 

Les travaux sur la ligne 15 (tronçon sud) ont débuté fin 2014. D’ici 2020, 300 000 voyageurs l’utiliseront tous les jours. Ce tronçon de 33 kilomètres reliera 16 gares et desservira environ un million d’habitants dans 22 communes (Montrouge, Issy-les-Moulineaux…). Un million de personnes qui auront ainsi la possibilité d’aller d’une banlieue à une autre sans passer par Paris.

Qu’en est-il des conséquences sur le marché immobilier de ces 22 villes ? La construction de nombreux logements y est prévue (au moins 18 000 dans un périmètre de 800 mètres autour des gares de la ligne 15 sud). L’activité économique est aussi un facteur à prendre en compte. En effet, une vraie dynamique économique (avec des emplois à la clé) permet d’atteindre une rentabilité locative intéressante.

De nombreux appartements, notamment, seront donc construits avec ce projet Grand Paris. Étudiants, jeunes travailleurs, couples avec ou sans enfants… Tous pourront profiter d’une offre de logements plus importante. Et s’ils n’ont pas la possibilité de chercher eux-mêmes leur futur lieu d’habitation, ils pourront toujours choisir de faire appel à un chasseur immobilier qui se chargera de toutes les étapes à leur place (recherches, visites…).

 


 

[1]                 Source : http://www.grand-paris.jll.fr/le-projet-du-grand-paris/id/8

[2]             Source : http://www.lepoint.fr/economie/grand-paris-valls-annonce-810-millions-d-euros-pour-les-autoroutes-14-04-2015-1921022_28.php

[3]                 Source : http://associationgrandparis.fr/2015/04/15/grand-paris-ce-quil-faut-retenir-des-annonces-de-manuel-valls/

[4]                 Source : obsolète

[5]                 Source : http://www.ile-de-france.gouv.fr/gdparis/Acteurs

[6]                 Exemple : http://www.societedugrandparis.fr/#projet

[7]                 Source : http://www.societedugrandparis.fr/projet/le-grand-paris/ville-durable-inventive

[8]                 Source : http://www.societedugrandparis.fr/projet/le-grand-paris/ville-durable-inventive

[9]                 Source : http://votreargent.lexpress.fr/immobilier/grand-paris-ces-zones-a-fort-potentiel-pour-les-investisseurs-en-immobilier_1582495.html

[10]              Source : http://votreargent.lexpress.fr/immobilier/grand-paris-ces-zones-a-fort-potentiel-pour-les-investisseurs-en-immobilier_1582495.html