Paris en 10 tableaux

Paris est une ville aux 1 000 visages. Rien d’étonnant donc au fait que de nombreux peintres français comme étrangers l’aient représentée de multiples fois. De Caillebotte à Van Gogh en passant par Sisley et Raguenet, voici Paris en 10 tableaux.

 

Rue de Paris, temps de pluie (1877), Gustave Caillebotte

 

Gustave Caillebotte est un impressionniste. Collectionneur, mécène, peintre et organisateur d’expositions, il meurt à l’âge de 45 ans. Son tableau Rue de Paris, temps de pluie montre la beauté de la capitale française même lorsque le soleil ne l’illumine pas.

 

La Joute des mariniers, entre le pont Notre-Dame et le Pont-au-Change (1751), Nicolas-Jean-Baptiste Raguenet

 

C’est au début du 18e siècle (en 1715) que Nicolas-Jean-Baptiste Raguenet voit le jour à Paris. Il est le fils de Jean-Baptiste Raguenet, entre autres marchand de brocante/tableaux et peintre. C’est notamment auprès de ce dernier qu’il apprend à manier les pinceaux. En 1751, il peint La Joute des mariniers, entre le pont Notre-Dame et le Pont-au-Change, un superbe tableau aux multiples détails. Connu pour sa rigueur et sa précision proche de la photographie, Raguenet était aussi talentueux que perfectionniste.

 

Le Canal Saint-Martin (1872), Alfred Sisley

 

Alfred Sisley, peintre impressionniste d’origine britannique a lui aussi été inspiré par la capitale française notamment pour son tableau sobrement intitulé Le canal Saint-Martin. Il a beaucoup travaillé avec Monet et Renoir et a été influencé par Courbet, Corot ou encore Daubigny.

 

La Guinguette (1886), Vincent Van Gogh

 

Qui n’a jamais entendu parler de Vincent Van Gogh ? Jacques Dutronc l’a même interprété dans le film de Maurice Pialat en 1991, preuve qu’il fait partie de ces nombreux artistes peintres aussi emblématiques que populaires. Pourtant, sa carrière a été courte puisqu’elle n’a duré que 10 ans (jusqu’à ce qu’il se suicide). Pour son tableau La Guinguette, il a rendu hommage à Paris.

 

Les Toits de Paris (1881-1882), Paul Cézanne

 

Issu de la bourgeoisie provinciale, Paul Cézanne a fait ses études à Aix-en-Provence où il s’est lié d’amitié avec un certain Émile Zola. Passionné de dessin depuis son enfance, il finit par convaincre son père de le laisser partir à Paris où il fréquente l’Académie suisse et où il rencontre Guillaumin et Pissarro. Alors qu’il ne parvient pas à intégrer l’École des Beaux-Arts, il revient à Aix. Mais son amour pour la peinture est plus fort que tout et il repart à Paris. Il devient ensuite célèbre et crée des tableaux connus comme Les Toits de Paris, une belle représentation de la ville qui lui a permis de réaliser ses rêves.

 

Le Pont-Neuf, Paris par Pierre-Auguste Renoir

 

Pierre-Auguste Renoir n’a que 14 ans quand il devient apprenti dans une fabrique de porcelaine où il apprend à peindre sur ce matériau aussi beau que délicat. Quelques années plus tard, il intègre l’École des Beaux-Arts. Plus tard, il peint Le Pont-Neuf, Paris, une œuvre qui représente le plus vieux pont de la capitale.

 

Seine et Tour Eiffel dans le coucher du soleil (1910), Henri Rousseau

 

C’est à Henri Rousseau (dit le Douanier Rousseau) que l’on doit le tableau Seine et Tour Eiffel dans le coucher de soleil. Principal représentant de l’art naïf, il apprend à peindre seul et s’inspire des nombreux livres qu’il lit. Sa technique est élaborée, pourtant ses toiles sont à l’époque moquées pour leur aspect enfantin. Aujourd’hui, son talent est reconnu et il a même influencé de nombreux autres artistes. Paul Éluard a dit à son sujet : « Ce qu’il voyait n’était qu’amour et nous fera toujours des yeux émerveillés ».

 

Vue de Paris depuis le Pont Neuf, Nicolas Jean-Baptiste Raguenet

 

Décidément, Raguenet aimait peindre Paris ! Ici, il représente la Vue de Paris depuis le Pont Neuf. Les détails de ce tableau sont impressionnants de réalisme. On pourrait presque le confondre avec une photographie.

 

Le Jardin du Luxembourg, Henri Matisse (1901)

 

Le style de Matisse (1869-1954) est particulier, ce qui lui vaut d’être qualifié d’avant-gardiste. C’est à lui qui créait des tableaux colorés que l’on doit la célèbre phrase « Regarder toute la vie avec des yeux d’enfants ». Grand voyageur, il créé de multiples toiles inspirées des pays qu’il visite. Ici, c’est Le Jardin du Luxembourg qui est à l’honneur.

 

Tour Eiffel — Robert Delaunay (1911)

 

Terminons par une représentation inhabituelle de la célèbre Dame de fer. Delaunay avait un rêve : supprimer les frontières et faire de l’Europe une seule et unique communauté dont la tour Eiffel serait l’antenne de radio, véritable incarnation des communications internationales… En 1911, il crée ce tableau aux nuances grises avec la tour Eiffel qui ressort grâce à ses teintes rouges. Quelque peu déformée, elle semble tout droit sortie d’un rêve ou d’un cauchemar.

 

La capitale française vous plaît en peinture, mais vous la préférez en vrai ? Vous rêvez d’y acheter un bien ? Faites appel à un chasseur d’appartement Home Select pour trouver l’appartement ou la maison de vos rêves. À bientôt !