Paris vue du ciel

Quand Paris part à la recherche d’espaces disponibles à reconvertir

Des sous-sols aux toits, il existe de nombreux espaces disponibles à Paris. Malheureusement, ces derniers étaient, jusqu’à maintenant, mis de côté et inutilisés. Cependant, les choses sont en train de changer et la capitale cherche de plus en plus de lieux à transformer en jardins partagés ou encore en gymnases. Du 10e au 20e arrondissement, voici des exemples de réaménagements qui vont très certainement en inspirer d’autres.

10e arrondissement : des gymnases aménagés au sous-sol

Rue Pierre Dupont, dans le 10e arrondissement de Paris, un nouvel immeuble HLM de 69 logements a été inauguré en mai 2016.

La bailleur social (ICF Habitat La Sablière) y a prévu de la place afin d’aménager un gymnase de 544 mètres carrés avec hauteur sous plafond de 7,5 mètres. Ce qui distingue ces équipements sportifs d’autres aménagés dans la ville et ailleurs ? Ils sont situés au sous-sol de l’immeuble.

Jean-François Martins, adjoint d’Anne Hidalgo chargé des sports, explique que cette solution est avant tout économique. Construit seul, ce gymnase aurait coûté 10 millions d’euros à la ville contre un peu plus de la moitié aménagé sous ces logements.

Si l’élu espère multiplier ce genre de projets, ils ne sont malheureusement pas faisables partout. Environ la moitié du parc parisien est constituée de petits immeubles comprenant 15 à 20 logements. Y intégrer des gymnases et autres n’est tout simplement pas possible. En revanche, avec l’autre moitié du parc parisien, ce type de projets est envisageable.

Reconversion de parkings et locaux sous-exploités

Nombreux sont les parkings parisiens, situés en sous-sol de divers immeubles, à être sous-exploités. C’est le cas dans l’est de la ville notamment.

Ces derniers ont été aménagés, à la base, pour des familles ayant 1,5 voiture. Mais aujourd’hui, on compte plutôt 0,5 véhicule par logement.

Ces divers parkings pourraient donc être transformés en salles de pratique pour la boxe et autres types de sports de combat, par exemple.

De même, dans le 19e, des locaux situés en rez-de-chaussée d’un immeuble à proximité d’un terrain de football pourraient être reconvertis en vestiaires et salles pour le soutien scolaire et l’organisation de réunions.

Des sous-sols aux toits, il n’y a qu’un pas

Si de nombreux espaces sont disponibles dans les sous-sols de la capitale française, les toits peuvent eux aussi être exploités et transformés. Avec plus de deux millions de mètres carrés de toitures-terrasses dans la Ville lumière, les espaces ne manquent pas.

En quoi transformer les toits ? En jardins, en enceintes sportives, en restaurants ou encore en espaces dédiés à l’accueil des jeunes enfants (crèches…).

Ce type d’aménagements existe d’ailleurs déjà à Paris avec le Jardin des Vignoles dont nous vous avions parlé dans un précédent article. Aménagé en 2009 sur le toit d’un gymnase du 20e arrondissement, il s’agit d’un jardin/potager partagé où l’on peut également simplement se promener.

Le Jardin des Vignoles a une surface de 600 mètres carrés et attire toutes les générations de Parisiens et touristes à la recherche d’une pause au vert. L’objectif d’Anne Hidalgo étant de voir naître, à Paris, 100 hectares de toitures végétalisées d’ici 2020, ce genre de transformations n’a pas fini de se développer.

Depuis les premiers mois de sa candidature, la maire de Paris charge ses adjoints de redéfinir le plan local d’urbanisme (PLU) de la capitale afin de repenser l’aménagement de la ville. Or, des sous-sols aux toitures-terrasses, les espaces disponibles à Paris et pouvant être transformés sont nombreux. L’objectif de la ville est de les utiliser de plus en plus afin de proposer davantage d’équipements sportifs et autres espaces verts aux secteurs qui en manquent.

Recherche d’un bien à Paris : faites appel à un chasseur d’appartement

Vous souhaitez investir dans l’immobilier parisien ? Et si vous faisiez appel à un chasseur d’appartement ! Les avantages sont nombreux. Le professionnel se charge de toutes les étapes à votre place : recherches, pré-visites, démarches administratives… Ainsi, vous gagnez du temps, mais également de l’argent.

En outre, faire appel à un chasseur d’appartement signifie un accès à un plus grand nombre de biens dont certains ne sont même pas encore proposés sur le marché.

Enfin, le chasseur de biens immobiliers peut vous faire profiter de son réseau professionnel développé en vous recommandant divers professionnels de secteurs différents.

Sa profession est régie par la loi Hoguet, aussi doit-il respecter diverses obligations légales. De même, la signature d’un mandat de recherche simple ou exclusif est essentielle. Enfin, sachez que le chasseur immobilier n’est payé qu’au résultat.

Les services d’un chasseur d’appartement vous intéressent ? N’hésitez pas à nous contacter pour obtenir de plus amples informations sur nos services et autres. Toute l’équipe Home Select sera ravie de répondre à vos questions et de vous rencontrer pour parler de votre projet d’achat. À très vite pour chercher et trouver le bien de vos rêves !