L’actualité de l’immobilier : colocation et taxation

Si l’actualité économique est chargée, du côté de l’immobilier, il se passe aussi des choses. En ce moment, par exemple, la colocation connaît un succès grandissant. Quant aux taxes, on est en droit de se demander si elles seront durcies dans les mois et années qui viennent. On fait le point pour vous sur ces deux sujets.

 

Le succès grandissant de la colocation

Autrefois, la colocation était plutôt choisie par les étudiants pour réduire leurs frais mensuels. Désormais, elle n’est plus réservée à ces derniers. Même les salariés optent de plus en plus pour la fameuse « coloc’ ». En effet, parmi les colocataires, on trouve actuellement 45 % d’étudiants et 45 % de salariés. Et les 10 % restant ? Ce sont des retraités (1 %) et autres. Pour les retraités, il existe même la colocation ou cohabitation intergénérationnelle qui consiste à réunir, sous le même toit, une personne de 60 ans et plus et un étudiant, par exemple. L’objectif ? Lutter contre la solitude et l’isolement des personnes âgées et permettre aux jeunes de se loger à moindre coût.

Et si la colocation a de plus en plus de succès auprès des locataires aux profils variés, elle convainc aussi de plus en plus de propriétaires-bailleurs. D’ailleurs, depuis la loi ALUR, on parle de colocation dès qu’il y a au minimum deux locataires, qu’il s’agisse de parfaits inconnus, d’un couple pacsé ou encore de deux frères ou deux sœurs. Pour les propriétaires-bailleurs, la colocation est un gage de sécurité. Un bail commun unit les colocataires par la clause de solidarité. Si l’un des locataires s’en va, l’autre doit payer le reste du loyer jusqu’à six mois après le départ du premier. De plus, investir dans un bien pour le mettre en colocation permet d’acheter une surface plus grande, mais aussi de dégager des revenus plus importants.

Quelles sont les villes les plus recherchées pour la colocation ? Ce sont Nantes, Paris et Lyon. Une surprise ? Pas vraiment puisque les loyers y sont tout de même assez élevés et que louer à plusieurs permet de réduire ses frais tout en vivant dans un bien plus grand.

En France, louer un studio coûte en moyenne 500 euros. En colocation, cette somme passe à 430 euros mensuels.

La colocation est donc un marché en plein essor. Mais sera-t-il freiné par un durcissement des taxes immobilières ?

 

Vers un durcissement de la taxation dans l’immobilier ?

La fiscalité immobilière va-t-elle être alourdie ? C’est ce que craignent de nombreuses personnes suite à la réponse du Président de la République Emmanuel Macron – « Votre idée est très bonne » – à la suggestion d’une personne concernant une meilleure régulation des plus-values.

Les professionnels, de leur côté, estiment que l’immobilier est déjà suffisamment taxé. D’ailleurs, depuis la mise en place de l’IFI (impôt sur la fortune immobilière) en remplacement de l’ISF, l’immobilier est même l’un des actifs les plus taxés de France.

Il existe ainsi quatre niveaux de taxation sur l’immobilier :

  • À partir du moment où l’on devient propriétaire, on est redevable de la taxe foncière dont les conditions de taxation n’ont pas été revues depuis les années 1970. On peut aussi être amené à payer l’IFI si l’on est à la tête d’un patrimoine immobilier net supérieur à 1,3 million d’euros.
  • En cas de changement de propriétaire, l’acheteur doit payer des droits de mutation ou frais de notaire, équivalant à 6-7 % de la valeur du bien en moyenne. Dans le cadre d’une succession, il existe le droit de mutation à titre gratuit (DMTG). Le vendeur peut lui aussi devoir payer des impôts notamment en cas de revente à un prix plus élevé qu’à l’achat.
  • La taxe d’habitation est une autre forme de taxation immobilière. Elle disparaîtra en 2020.
  • Enfin, les revenus dégagés grâce à l’immobilier sont eux aussi taxés.

Une taxation plus sévère n’est donc pas la bienvenue, que ce soit du point de vue des professionnels du secteur comme de celui des particuliers. Pour l’heure, il n’y a rien d’officiel à ce sujet, mais la réponse d’Emmanuel Macron a tout de même soulevé quelques interrogations et inquiétudes.

L’actualité immobilière est encore riche en événements. Si, de votre côté, vous souhaitez investir pour vous ou pour mettre en location, sachez que HOME SELECT est à votre disposition pour trouver le bien de vos rêves en région parisienne. Contactez-nous pour en parler !