Chasseur d’appartement sur Paris 6e pour un jeune femme à la recherche d’un studio

Découvrez une recherche menée rapidement par Marie Esmieu-Fournel, notre chasseur d’appartement spécialisé sur Paris 6e. Tatiana est une jeune femme en quête d’une première acquisition immobilière, avec terrasse ! Un challenge magnifiquement relevé par notre experte du secteur prisé, et cela, malgré toute la difficulté de ce dossier.


Quel était le projet de Tatiana ?

Locataire de son appartement dans le 6e arrondissement de Paris, Tatiana veut partir en quête de son premier achat immobilier. Même si la jeune femme travaille à la Défense, elle ne souhaite pas particulièrement s’en rapprocher : elle aime trop son quartier pour vouloir en changer !


Quelle était sa motivation pour solliciter un chasseur d’appartement ?

Consciente de ses hautes exigences géographiques, Tatiana veut s’adjoindre le concours d’un chasseur immobilier, pour ne pas passer à côté de belles occasions dans son secteur de prédilection. Elle reste tout de même à l’affût – conservant les alertes qu’elle s’était construite au début de ses recherches.


Comment a-t-elle connu et choisi HOME SELECT (HS) chasseur immobilier ?

Appartenant à l’entourage de Catherine Ziegler, Tatiana se tourne tout naturellement vers elle : indisponible à ce moment-là, notre chasseur d’appartement la redirige vers sa collègue Marie Esmieu-Fournel, spécialiste du secteur prisé.


Quels éléments figuraient sur le mandat initial ?

 

Lors de leur première rencontre, Marie et Tatiana échangent sur le fonctionnement HS et dressent les détails du cahier des charges : la jeune femme recherche un studio ou un 2 pièces d’au moins 30 m², situé dans un étage élevé, avec ascenseur. Calme, clair et sans vis-à-vis, le bien doit également ne pas être orienté au Nord et disposer d’une terrasse ou d’un balcon. Attention, comme Tatiana ne veut pas de balcon filant, l’immeuble doit forcément être récent ou semi-récent, pour répondre à ce critère très spécifique. La localisation est, elle aussi, très précise puisque Marie ne peut concentrer son action que dans un petit triangle du 6e arrondissement de Paris. Le tout pour un budget total de 550 000 €.

Quels critères en faisaient une recherche compliquée ?

Dès la rédaction du cahier des charges, Marie informe Tatiana de la difficulté principale du dossier : le budget est extrêmement serré, compte-tenu des critères demandés. Plus concrètement, il y a peu d’immeubles récents dans le secteur convoité : Marie risque de peu la contacter. Pour autant, elles décident de partir sur cette base. Notre chasseur immobilier épluche l’application HS, règle ses alertes mail et invite ses contacts à l’avertir de tous les biens susceptibles d’intéresser Tatiana.


Pourquoi Marie a-t-elle proposé une VEFA ?

Ayant parfaitement compris ce que sa cliente attendait, Marie reste en alerte pendant tous les mois d’été. À la rentrée, il est décidé qu’elles se laissent encore un mois avant de faire un point de la situation… Marie Esmieu-Fournel trouve alors un bien dans un immeuble en construction (Vente en État de Futur Achèvement – VEFA) : peut-être est-ce la solution de sa cliente, dans la mesure où elle n’est pas pressée ? L’appartement de 25 m² est au dernier étage (un vrai luxe sur Paris), avec une terrasse de 5 m² pour un budget de 600 000 €. Légèrement en dehors du secteur de Tatiana, elle n’est pas très enthousiaste, et après l’envoi des documents par Marie, décide de ne pas donner suite.


Pourquoi notre chasseur d’appartement a-t-elle dû faire preuve d’un peu de culot ?

Une des alertes mail de Marie met en avant un bien affiché à 749 000 € (alors qu’il était à presque 800 000 € quelques mois avant) : même s’il est clairement au-dessus de son prix, il coche toutes les autres cases de son cahier des charges. Et même plus ! Légèrement culottée, Marie Esmieu-Fournel décide alors d’envoyer la fiche à Tatiana, afin de lui montrer que ce qu’elle recherche n’est pas disponible dans son budget…


Quel était l’argument-choc, pouvant faire mouche ?

Le principal argument de ce studio de 38 m² est sa formidable terrasse de 45 m² ! Sans compter que sa forme rectangulaire n’offre aucune perte d’espace ! Situé au dernier étage de l’immeuble, il est aussi quasiment sans vis-à-vis, dans la mesure où le bâtiment d’en face lui tourne le dos : en effet, seuls les cuisines et les escaliers y sont visibles. Au-delà de ces qualités, il faut tout refaire !


Comment s’est passée la négociation ?

Malgré le prix affiché, Tatiana souhaite le visiter et le résultat est sans appel : elle adore !! Immédiatement, elle rédige une offre à 720 000 € qui est refusée par le propriétaire qui venait déjà de baisser son prix. Après avoir refait une visite avec sa famille et ses amis, elle fait une contre-proposition à 730 000 € une semaine plus tard. La réponse se fera légèrement attendre, mais l’affaire est finalement conclue ! Pour la petite histoire, le studio avait suscité une offre plus élevée trois mois auparavant, mais l’acquéreur ne s’était finalement pas montré au compromis… Le vendeur, conscient de la difficulté de vendre un bien avec une terrasse plus grande que l’appartement, ne voulait pas être échaudé une seconde fois !


Comment se sont organisés les travaux ?


Tatiana s’en est remise aux bons soins d’une amie architecte pour l’aider à orchestrer tous les travaux. Dans le studio, une chose est sûre, il faut toute refaire ! Pour le reste, les possibilités sont infinies : par exemple, elle peut faire une véranda pour agrandir la pièce de vie, tout en gardant une surface de terrasse raisonnable… Mais avant toute chose, doit-elle se contenter de faire le minima pour y vivre ou peut-elle tout faire avant d’emménager ? Tout dépend de l’enveloppe travaux qu’elle souhaite y consacrer.

« Il faut suivre son instinct »

Au-delà du facteur « chance », inhérent à toutes les recherches d’appartement, Marie Esmieu-Fournel se rappelle, sur ce dossier, du petit grain de folie de sa cliente (qui a, quand même, augmenté son budget initial de près de 30 % !) et de son propre culot, de lui avoir présenté un bien si éloigné de ses prix de départ. Comme quoi, il faut suivre son instinct !


« Une recherche difficile, menée rapidement ! »

Malgré la difficulté du dossier, dont elle était parfaite consciente, Tatiana est absolument ravie de cette collaboration : Marie a trouvé le bien — tant convoité et recherché — en moins de 4 mois, en comptant les 2 mois d’été, traditionnellement plus calmes !

Partager :

Grand Paris : ces 5 villes où il fait bon investir en 2021 !

Souvent qualifié de chantier sans précédent sur la métropole de Paris, le Grand Paris Express représente 200 kilomètres de lignes de métro automatiques et quelque 68 gares supplémentaires sur le territoire, pour faciliter la mobilité des Franciliens et booster l’attractivité des villes en périphérie.

Immeuble haussmanien

Comprendre les enjeux de l’off-market en 10 points !

Face à un marché de l’immobilier parisien toujours plus tendu, les acquéreurs rencontrent de nombreuses difficultés au moment de chercher un bien. Non seulement ils peinent à trouver des annonces correspondant à leurs attentes, mais ils se retrouvent aussi en concurrence avec parfois plusieurs candidats à l’achat pour une même offre, ce qui retarde la concrétisation de leur investissement.

Contactez-nous