Face à la crise du Covid-19, les projets immobiliers restent d’actualité

Comment les Français qui avaient un projet immobilier envisagent-ils la suite, face à une crise sanitaire, économique et sociale sans précédent ? Beaucoup évoquent déjà des répercussions sur le quotidien des consommateurs, matérialisées notamment par une importante réduction du pouvoir d’achat. Mais contre toute attente, les craintes des uns et des autres n’empêchent pas de réfléchir à l’acquisition d’une maison ou d’un appartement. Ainsi, si beaucoup de projets ont dû prendre du retard par la force des choses, les futurs propriétaires prévoient de retarder plutôt que d’abandonner leur achat. Au-delà des personnes prêtes à relancer leurs investigations dès la fin du confinement, certaines ont même continué d’avancer de chez elles, dans des conditions inédites !

Les Français restent optimistes et motivés pour concrétiser leurs projets

70 % des Français sont optimistes quand on les interroge au sujet de leur projet immobilier : ils affirment qu’ils pensent sincèrement pouvoir le concrétiser dans les 6 prochains mois, malgré la crise du Covid-19, selon une enquête réalisée en avril par SeLoger et l’Observatoire du Moral Immobilier (OMI)[1].
Dans le cadre de ce sondage, 50 % des acheteurs ont confirmé qu’après le 11 mai, ils souhaitaient véritablement reprendre leur projet en main. Moins de 15 % ont choisi de remettre leurs investigations à 2021, ce qui prouve qu’en France, on garde une grande détermination pour investir malgré le contexte.
Bien évidemment, les difficultés sont réelles : environ 40 % rencontrent des retards dans leurs démarches. Mais pour 8 personnes interrogées sur 10, ces aléas impliquent seulement de vendre ou acheter moins rapidement que prévu. Pour l’instant donc, la confiance reste d’actualité : les particuliers ont la sensation que les choses vont reprendre. Mieux encore, près d’un futur acquéreur sur deux estime que son pouvoir d’achat aura été préservé au terme de la période de confinement. Finalement, pour plus de 8 individus sondés sur 10, il n’est pas question de revoir le budget à la baisse pour le moment.

Reprendre son projet en main dès la fin du confinement, une priorité !

Toutes les personnes qui cherchaient à vendre ou acheter avant l’arrivée du Covid-19 ont vécu un certain nombre de déceptions, notamment quand elles ont compris que toutes ces démarches nécessiteraient plus de temps.
Pourtant, il faut savoir que tous les achats ne sont pas au point mort, loin de là. Sur le web, plusieurs personnes ayant réussi à poursuivre certaines formalités ont partagé leur expérience. Quelques-uns, par exemple, ont pu signer un compromis de vente à distance, suite à une visite réalisée avant la période de confinement[2].
Il est toujours possible d’effectuer un dossier de prêt bancaire pendant le confinement, car les établissements continuent d’accompagner leurs clients, bien qu’ils soient télétravail. En toute logique, les délais de traitement sont plus longs, mais les particuliers peuvent formuler une demande et négocier leur crédit. Afin de les aider, les notaires sont en mesure d’allonger le délai pour l’obtention du crédit.
D’autres personnes, qui n’ont pas encore trouvé de bien correspondant à leur projet, ont pu poursuivre leurs recherches. En effet, les agences immobilières ont la possibilité de présenter des biens par voie dématérialisée, en envoyant des photos et vidéos (voire en proposant des visites virtuelles). Bien évidemment, ces démarches ne laissent généralement pas l’opportunité d’émettre une offre d’achat, car les futurs propriétaires veulent une véritable visite avant de se positionner. Mais elles permettent malgré tout de garder un pied dans son projet, de prendre connaissance des offres et des prix, pour continuer à mener sa réflexion sereinement.

Une confiance perpétuelle dans l’immobilier haut de gamme, qui reste une valeur refuge

La crise économique actuelle ne devrait pas freiner les investissements immobiliers. En effet, ceux qui privilégient les placements en bourse ont été largement pénalisés par les événements. En revanche, ceux qui possèdent des biens immobiliers ont pu apprécier de voir leur épargne protégée, car la pierre reste une valeur sûre.
Ainsi, même si l’immobilier risque aussi de subir les effets de la crise, il se présente toujours comme une solution plus stable afin de placer son argent en sécurité. Dans le secteur de l’immobilier haut de gamme sur Paris, on devrait continuer d’observer un marché assez dynamique, car le pouvoir d’achat des classes aisées en Île-de-France demeure stable.
Le Covid-19 ne va probablement pas détourner les Français de l’immobilier haut de gamme à Paris, même si pour le moment les transactions sont gelées. En effet, dans cette sphère plus que nulle part ailleurs, on a besoin de voir le bien de ses propres yeux afin d’en identifier tout le charme et de s’assurer de faire le bon choix.
Afin d’éviter que le secteur de l’immobilier ne soit trop lourdement pénalisé par les événements, le Gouvernement a pris différentes dispositions. Par exemple, pour la construction de nouveaux biens, le ministère du Logement incite à délivrer des décisions rapidement, sans attendre l’expiration des délais, pour ne pas bloquer trop de chantiers. De plus, les délais de recours et d’instruction ne sont plus prorogés comme c’était le cas au début de la crise. Enfin, le délai de rétractation pour l’acheteur ayant signé un compromis de vente reste inchangé (la suspension mise en place par ordonnance fin mars n’est plus d’actualité).
[1] https://edito.seloger.com/actualites/france/immobilier-1-acheteur-2-veut-reprendre-projet-fin-confinement-article-37276.html
[2] https://edito.seloger.com/actualites/france/celine-confinement-ne-m-empeche-d-acheter-maison-article-37147.html

Partager :

Grand Paris : ces 5 villes où il fait bon investir en 2021 !

Souvent qualifié de chantier sans précédent sur la métropole de Paris, le Grand Paris Express représente 200 kilomètres de lignes de métro automatiques et quelque 68 gares supplémentaires sur le territoire, pour faciliter la mobilité des Franciliens et booster l’attractivité des villes en périphérie.

Immeuble haussmanien

Comprendre les enjeux de l’off-market en 10 points !

Face à un marché de l’immobilier parisien toujours plus tendu, les acquéreurs rencontrent de nombreuses difficultés au moment de chercher un bien. Non seulement ils peinent à trouver des annonces correspondant à leurs attentes, mais ils se retrouvent aussi en concurrence avec parfois plusieurs candidats à l’achat pour une même offre, ce qui retarde la concrétisation de leur investissement.

Contactez-nous