Immobilier : quel est l’intérêt de la contre-visite ?

Vous avez décidé de vous lancer dans cette grande aventure qu’est un achat immobilier ? Quelle bonne nouvelle ! Mais attention, il ne faut pas brûler les étapes. Celle de la contre-visite, par exemple, est essentielle. Quels sont donc les intérêts de celle-ci ? Nous vous disons tout à ce sujet dans notre article.

 

Une contre-visite, trois objectifs

Visiter un bien est une chose, le contre-visiter en est une autre. Lors de votre première venue, vous vous focalisez en général sur l’ensemble de la maison ou de l’appartement sans véritablement prêter attention aux détails. La contre-visite permet de passer le bien au peigne fin.

 

Premier objectif : vérifier divers points

Vous avez visité un bien pour lequel vous avez eu un véritable coup de cœur ? Ou bien peut-être avez-vous vu un appartement ou une maison qui ne vous a pas entièrement convaincu ? Quel que soit votre cas, la contre-visite est essentielle, car elle permet de vérifier de multiples points importants.

Ainsi, profitez de la contre-visite pour vérifier l’état des différentes installations (électriques…), mais aussi celui de la toiture, des combles ou encore des murs et des sols. De même, notez tout ce qui doit être réparé, voire remplacé (interrupteurs, robinets, portes, serrures, ventilation…). Rien ne doit être oublié.

Il s’agit d’une copropriété ? Les parties communes sont à contrôler (cage d’escalier, ascenseur…). La sécurisation de l’accès à l’immeuble est également à vérifier (présence/absence d’un système de contrôle d’accès par digicode ou par badge, par exemple) tout comme les différents documents administratifs liés à la gestion et à l’entretien de la copropriété.

La contre-visite, c’est aussi le moment idéal pour demander au(x) vendeur(s) de vous fournir divers documents comme les diagnostics obligatoires, les factures d’eau, mais aussi de chauffage et d’électricité et celles concernant différentes taxes (foncière, d’habitation…).

Notez que dans le cadre de la vente d’un bien immobilier, le DPE – diagnostic des performances énergétiques – est obligatoire depuis le 1er juillet 2007. Un diagnostic électrique est quant à lui à réaliser pour tous les bâtiments de plus de 15 ans.

 

Deuxième objectif : bénéficier de l’avis d’un tiers

Le bien que vous souhaitez acheter nécessite quelques travaux ? Profitez de la contre-visite pour faire intervenir un professionnel qui va pouvoir évaluer le montant de ces derniers (architecte, par exemple). Cette évaluation est importante, car elle pourra peut-être vous permettre de négocier le prix d’achat du bien. Le professionnel joue un triple rôle :

Il vérifie la faisabilité des travaux. Si vous souhaitez abattre une cloison, par exemple, lui s’assurera qu’il ne s’agit pas d’un mur porteur.

Il évalue votre budget par rapport au montant des travaux à prévoir. Si vous n’avez pas l’argent nécessaire à la réalisation des divers travaux envisagés, le professionnel vous proposera des solutions alternatives.

Il vérifie la réglementation en vigueur (plan local d’urbanisme…) et la conformité des travaux souhaités avec celle-ci.

Si des travaux ne sont pas à prévoir, venez tout de même accompagné d’un proche, professionnel de l’immobilier ou non. Un œil extérieur est le bienvenu pour juger le bien de façon objective et repérer les qualités et les défauts qui auraient pu vous échapper.

 

Troisième objectif : inspecter l’environnement proche

Vérifier l’intérieur du bien est primordial, mais jeter un coup d’œil à l’extérieur de celui-ci l’est aussi. Un joli bien dans un secteur sans commerces ni transports n’aura pas la même valeur que ce même bien situé dans une zone dynamique et recherchée. Pensez donc à vérifier divers éléments comme la proximité des commerces, transports, écoles et médecins ou encore les nuisances sonores.

En outre, n’hésitez surtout pas à questionner les habitants du secteur notamment sur l’ambiance qui y règne. Et renseignez-vous sur les projets de constructions/d’aménagements prévus. Si le bien bénéficie d’une vue dégagée, c’est un atout indéniable. Mais si un immeuble de 12 étages doit être construit dans les années qui viennent et qu’il « bouche » cette vue, le bien perd de la valeur.

 

Contre-visite et conseils à retenir

Une contre-visite ne s’improvise pas et doit être parfaitement préparée. Check-list, matériel… Voici ce qu’il faut savoir pour réussir votre deuxième tour des lieux.

 

1. Faire une check-list

Avant de vous rendre sur place, dressez une liste complète des éléments à vérifier afin de vous assurer de ne rien oublier. Commencez par lister les éléments à contrôler à l’extérieur du bien puis ceux à regarder attentivement à l’intérieur du bien. Vous pouvez par exemple faire un tableau comme celui-ci :

Extérieur du bien

Intérieur du bien

·       Parties communes ;

·       Nuisances sonores ;

·       Proximité des commerces ;

·       Transports…

·       Installation électrique :

       Nombre de prises ;

       Nombre d’interrupteurs ;

       État des fils électriques…

·       Chauffage :

       Type de chauffage ;

       Nombre de radiateurs ;

       Chauffage d’appoint type poêle ?

       Factures annuelles…

 

2. Réunir le matériel nécessaire

Pour faire une contre-visite, il ne faut pas venir les mains vides. Mieux vaut en effet apporter un peu de matériel. Un mètre laser vous permettra de vérifier la surface des diverses pièces de l’habitation. Un mètre classique vous sera utile pour prendre les mesures que vous ne pouvez pas effectuer avec un mètre laser. Un carnet et un crayon vous permettront de tout noter. Une lampe peut aussi être une bonne idée notamment pour les pièces sombres, les recoins mal éclairés et autres.

 

3.   Choisir un horaire différent de celui de la première visite

La première fois que vous avez visité le bien, c’était à l’heure de midi ou en début de matinée ? Pour la contre-visite, choisissez un autre moment afin de vérifier différents points (ensoleillement, circulation…). Il se peut qu’en journée, le bien soit d’un calme très appréciable, mais que l’ambiance change en soirée une fois tous les voisins rentrés chez eux…

Pensez aussi à vérifier qu’il y a de la place pour se garer à proximité du bien (parking privé…). Il serait dommage de passer un temps fou à chercher une place le soir après votre journée de travail ou encore lorsque vous rentrez du supermarché.

Et si vous confiez les visites, contre-visites et autres étapes de votre recherche immobilière à un chasseur immobilier ? Toute l’équipe HOME SELECT est à votre écoute, n’hésitez pas à nous contacter.