Les micro-quartiers de Paris : ces lieux bucoliques et préservés en cœur de ville

Rue de Mouzaïa Paris

Vivre comme à la campagne sans quitter la capitale, pouvoir profiter d’une belle maison familiale avec un jardin, bénéficier du calme d’une rue piétonne entièrement privatisée : tous ces petits plaisirs semblent incompatibles avec la vie parisienne… Mais ils existent contre toute attente ! De plus en plus d’acheteurs rêvent d’emménager dans un « micro-quartier » : derrière ce terme assez flou, on trouve en réalité un mode de vie à part en entière. Au-delà du prestige associé à ces secteurs très confidentiels du marché, on profite sur ces espaces d’un dépaysement très agréable, mais aussi d’une étonnante sérénité. Bien évidemment, les maisons disponibles à la vente sont extrêmement rares et, pour espérer y accéder, il faut être capable de solliciter toutes les sources d’informations et de faire preuve de réactivité. Zoom sur quelques micro-quartiers à découvrir !



Mouzaïa, sur la carrière d’Amérique


Avant que le quartier Mouzaïa ne soit édifié, on trouve sur le secteur des gisements de gypse, ceux de la butte de Beauregard, que l’on appelle aussi la carrière d’Amérique. Entre le Moyen-Âge et les années 1860, pendant plusieurs siècles, les ouvriers travaillent sur cette carrière, pour extraire le gypse servant aux constructions parisiennes.

À la veille du XXe siècle, on commence à construire quatre types de maisons différents, allant jusqu’à trois niveaux en termes de hauteur. Aujourd’hui, la principale artère du quartier, la rue Mouzaïa, offre un condensé de charmantes réalisations, parmi lesquelles on peut citer la Villa des Lilas. Véritable petit village dans la ville, ce lieu séduit pour son caractère très champêtre, mais aussi pour la beauté de ses maisons. La Villa Alexandre-Ribot, par exemple, attire les regards avec ses façades en briques de couleur (rouges, blanches, bleues).

Afin de garantir l’unité architecturale de ce quartier, il faut savoir que des traités signés en 1889 existent et doivent toujours être appliqués. Certaines maisons en briques ont été recouvertes d’un enduit, en veillant à conserver le charme initial de la construction. On peut trouver dans ce quartier de sublimes demeures anciennes rénovées, dotée du cachet d’une réalisation d’antan et du confort d’un bâtiment moderne.


La Campagne à Paris, le charme des rues pavées et des maisons de caractère


Le quartier de « La Campagne à Paris », situé dans le 20e arrondissement, a été construit au tout début du XXe siècle, sur des terrains qui étaient auparavant occupés par des carrières souterraines. À l’origine, ces habitations étaient destinées aux ouvriers, afin qu’ils puissent se loger non loin de leur travail sans que cela ne leur coûte trop cher.

Mais avec le temps, ce quartier ouvrier s’est complètement métamorphosé, et il est aujourd’hui devenu un haut-lieu très recherché par les classes aisées… Où les prix « abordables » ne sont plus qu’un vaste souvenir !

Près de 90 maisons sont érigées ici, dans un style architectural très harmonieux, qui permet malgré tout à chaque réalisation de revendiquer subtilement son propre style. Les jardinets, tous fleuris, regorgent de glycines et autres roses… On aurait du mal à imaginer qu’on est en plein Paris, à quelques minutes seulement de la porte de Bagnolet.


La butte aux Cailles, plusieurs pépites en pleine ville


Faisant partie du quartier de la Maison-Blanche dans le 13e arrondissement, la butte aux Cailles était auparavant une colline de prairies, vignes et bois, sur laquelle on trouvait de nombreux moulins à vent. C’est surtout à partir des années 1820 que l’on va commencer à construire ici, quand la ville de Paris concrétise plusieurs projets visant à recouvrir la Bièvre. L’ambiance village propre à ce secteur est assez atypique à Paris, parce qu’il s’agit de l’une des rares zones ayant résisté aux canons du style haussmannien .

Quand on se rend sur la place Paul Verlaine, par exemple, on a vraiment l’impression d’évoluer dans un petit village de campagne. Là où on avait installé au début du XXe siècle un puits, une fontaine réputée pour la qualité de son eau a été construite. Plus étonnant encore, un terrain de pétanque invite à la convivialité en plein centre de la place.

Pour arriver au sommet de la butte Bergeyre, il faut gravir les 75 marches de l’escalier peint par Willy Ronis en 1950, ou supporter de monter une pente particulièrement abrupte à pied ou sur un vélo… La butte Bergeyre se mérite, en somme ! Elle offre un spectacle époustouflant, entre ses façades recouvertes de vigne vierge, mais aussi le sublime panorama qu’elle donne sur Montmartre.

Sur certaines voies confidentielles comme le passage Barrault, de très belles maisons sont dressées. On peut même trouver des pavillons à colombages : la Petite Alsace, une propriété privée du début du XXe siècle, plaît pour son style qui fait contraste avec les classiques de l’architecture parisienne. De nombreuses autres rues cachent de sublimes constructions, à l’image de la rue Michal, très calme, à l’abri de tous les regards indiscrets.


La butte Bergeyre, affectionnée des artistes


Dans ce petit village d’à peine plus de 1 200 habitants (et 457 boîtes aux lettres en tout[1]), on trouve surtout des architectes, des cinéastes ou encore des designers. Une population d’artistes et de vedettes appréciant le calme de cet espace, mais également son style et certainement son côté inspirant !

Les maisons de la butte Bergeyre proviennent toutes du début du XXe siècle, et offrent généralement un beau jardin privatif. Chacune affiche son propre style, mais comme dans tous les micro-quartiers de Paris, on observe aussi une unité particulièrement raffinée. Cerise sur le gâteau, le quartier possède son propre vignoble, qui compte plus de 200 pieds… Une petite centaine de bouteilles sont produites ici chaque année, ce qui n’enlève rien au charme du village.

Pour emménager dans un micro-quartier à Paris, il faut plus que jamais être capable de faire appel à toutes les sources d’informations disponibles, car ces ventes se font très souvent de manière discrète, en off-market. Si vous rêvez de cette vie privilégiée et paisible, n’hésitez pas à contacter un chasseur HOME SELECT travaillant sur le secteur qui vous intéresse, il vous aidera à concrétiser votre projet et à trouver le bien répondant à tous vos critères.

D'autres
articles