Chasseur d’appartement sur Paris 11e pour une femme, constamment à l’étranger, en quête d’un bien atypique

Bien atypique
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

Découvrez une recherche menée rapidement par Lisa Mimran. Directement sollicité par un de ses contacts, notre chasseur d’appartement spécialisé sur Paris 11e part en quête d’un bien atypique pour une jeune femme réactive, mais peu disponible physiquement pour les visites. Un défi magnifiquement relevé, et en un temps record !

Pourquoi Audrey a-t-elle vendu son appartement ?

Audrey est une femme divorcée qui vit avec ses deux grands enfants en garde alternée. Ayant besoin de changements, elle quitte un très bel appartement de Clichy, pour partir à la recherche d’un nouveau logement.

Pour quelles raisons devait-elle se faire accompagner dans sa recherche ?

Directrice des marques au sein d’un groupe de grande distribution, Audrey est constamment en déplacement, à l’étranger comme en France. Débordée, elle n’a pas le temps de se consacrer à cette recherche. Aussi, quand l’agence immobilière, qui lui a vendu son appartement, lui a proposé le nom d’un chasseur, elle a immédiatement donné son accord pour être rappelée par le professionnel en question.

Comment a-t-elle obtenu le contact de Lisa ?

Directement contactée par l’agent immobilier, Lisa Mimran a recueilli les coordonnées d’Audrey pour ensuite, échanger rapidement avec elle. Compte-tenu du calendrier extrêmement chargé de la jeune femme, tout a été géré par téléphone et mail – aussi bien la signature du mandat que l’établissement des critères à y faire figurer…

Quels étaient les éléments clés de la recherche d’Audrey ?

Pour un budget maximum de 1,3 million, Audrey souhaite un bien haussmannien et/ou atypique (moulure, parquet, cheminée, belle hauteur sous plafond, poutres apparentes…) d’au moins 100 m², lumineux, avec 2 chambres, un espace bureau et un grand séjour.
La zone de recherche s’étend sur plusieurs arrondissements (16e, 17e, 6e, 7e, 3e et 4e), mais sur des espaces très sectorisés. Par exemple, la rue des archives, la rue de Bretagne et la rue Turenne pour le 3e et 4e arrondissement.  

Comment Lisa comptait-elle contourner l’absence physique d’Audrey pour les visites ?

La principale difficulté de cette recherche est qu’Audrey n’est pas physiquement disponible : sa réactivité au téléphone ne compense pas cette absence. Or, peu d’agences acceptent de faire visiter des biens sans la présence du client.
Lisa Mimran décide donc d’activer son réseau, consciente que c’est principalement par ce biais qu’elle pourra contourner ce « problème ». Naturellement, elle paramètre ses extractions sur l’application HS pour contrôler l’activité immobilière en ligne.

Pourquoi les deux premiers biens n’ont pas été retenus ?

Après l’examen de la fiche description et la validation d’Audrey, Lisa Mimran,  alors qu’elle est seule, réussit à organiser la visite d’un appartement dans le 17e arrondissement. Suite à son reporting vidéo, Audrey demande à son petit ami de s’y rendre pour recueillir son avis. Jugé trop bruyant, ce dernier l’encouragera à ne pas donner suite : il aurait fallu qu’il soit au 4e étage, et non au 2e !
Lisa Mimran repère alors un second bien à fort potentiel : n’ayant pas obtenu la possibilité de le visiter, elle parvient à faire venir le petit ami pour pouvoir le voir. Parfaitement situé, l’appartement dispose du cachet recherché et de tous les critères requis. Malheureusement, son agencement ne convient pas au projet d’Audrey. En effet, une fois les enfants partis, elle souhaite pouvoir créer un triple séjour en ouvrant une chambre sur la pièce de vie, ce qui n’est pas possible dans la configuration de ce bien.

Comment Lisa a-t-elle repéré le futur achat d’Audrey ?

L’agence Paris Cabane, située dans le 11e arrondissement de Paris, a pour habitude d’envoyer certains biens en primeur à son réseau, dans lequel figure le réseau HOME SELECT. À sa lecture, Lisa Mimran découvre un bien qui semble parfait : après avoir présenté la fiche, Audrey est enthousiasmée et encourage notre chasseur immobilier à appeler l’agence, qui accepte de la faire visiter seule (Audrey étant à l’étranger pour une dizaine de jours encore).

Quels atouts avaient ces anciens ateliers d’artistes transformés en loft ?

Situé dans le 3e arrondissement de Paris, en rez-de-chaussée donnant sur une cour pavée, le loft – en duplex – offre une superficie de 95 m² et une hauteur sous plafond de 4m. À peine entré, on arrive sur un grand séjour de 40 m², avec une cuisine entièrement équipée et aménagée, avec de belles prestations. La chambre parentale (avec baignoire) se situe derrière la cuisine et satisfait les projets d’extension du salon d’Audrey. Après une volée de marches, on découvre un espace bureau, une salle de bain et un coin buanderie. En haut, il y a la seconde chambre désirée.
Très lumineux, il s’agit en réalité de 2 ateliers d’artistes réunis : avec ce bien, Lisa satisfait donc le caractère atypique du lieu, avec un esprit très « marais » !

Pourquoi Audrey a-t-elle dû attendre pour se positionner ?

Au cours de la visite, Lisa réalise un reporting complet (sur l’appartement, la rue, le quartier, l’environnement) qui confirme totalement le coup de cœur d’Audrey : elle souhaite rédiger une offre à distance. Malheureusement, l’agent immobilier n’accepte pas de réaliser ce genre d’opération : il ne veut pas prendre le risque de la voir se rétracter à la première visiter physique. Étant à l’étranger pour une dizaine de jours encore, les deux femmes n’ont pas d’autres choix que d’attendre et de croiser les doigts… Heureusement, les visites n’étaient déjà concentrées que sur le week-end… les jours passent et Lisa parvient à organiser une visite avec sa cliente, dès son retour : après quelques minutes de visite, pour évaluer son projet dans ce loft, Audrey confirme son coup de cœur et rédige une offre au prix, soit 1,240 million d’euros, avec un paiement sans condition suspensive.
Au moment de l’achat, Lisa et Audrey découvrent que le lot, qui compte déjà une cave, devrait normalement en inclure une deuxième : les propriétaires actuels l’ont dissociée de la vente initiale, car ils s’en servent actuellement d’espace de stockage et souhaitaient la mettre en vente plus tard. En insistant sur son profil d’acheteur comptant, Lisa parvient à l’inclure dans le lot de départ pour la somme de 25 000 € : d’environ 15 m² et totalement assainie, Audrey la voit déjà en salle de gym !

Audrey a-t-elle prévu quelques travaux à faire ?

Si le loft pouvait être habité en l’état, Audrey souhaite y faire quelques transformations : par exemple, transformer la baignoire de la chambre parentale en véritable salle d’eau fermée, avec verrière. Pour cela, elle a fait venir quelques architectes et envisage de faire environ 100 000 € de travaux divers dans l’appartement.

« Une recherche rapide et enrichissante »

Avec cette recherche, Lisa a gagné le contact précieux d’un agent immobilier : si, au départ, il se montre réfractaire, il est désormais convaincu du bien-fondé de ce genre de collaboration et n’hésite pas à soumettre à notre chasseur immobilier ses nouveaux biens.

« Un mois et un coup de cœur »

Quant à Audrey, elle est absolument ravie du travail effectué : très active elle-même, elle a particulièrement apprécié la rapidité avec laquelle Lisa lui a trouvé son bien !
Découvrez deux autres articles de Lisa:

Chasseur d’appartement Paris 12e : client basé en France et aux Etats-Unis 
Chasseur d’appartement Paris 20e pour une primo-accédant bien décidée à acheter

Abonnez-vous à notre newsletter

les conseils hebdomadaires de nos chasseurs immobiliers

D'autres articles intéressants

Souhaitez-vous tester nos chasseurs immobiliers ?

equipe chasseur d'appartement