...

Tendance à découvrir : le crowdfunding immobilier

Avez-vous déjà entendu parler du « crowdfunding » ou « financement participatif » ? Après la musique, le cinéma ou encore la BD, ce système de financement relativement récent s’invite dans le secteur immobilier. De quoi s’agit-il exactement ? Comment se passe le crowdfunding immobilier ? Quels sont les risques ? À quelles plateformes faire confiance ? Voici les réponses à ces questions ainsi que divers conseils. 

 

Qu’est-ce que le « crowdfunding » ?[1]

Le « crowdfunding », traduit en français par le terme « financement participatif », est une nouvelle façon, pour les entreprises et autres, de récolter de l’argent afin de financer tel ou tel projet.
En règle générale, les personnes intéressées investissent un petit montant et c’est l’addition de ces multiples sommes qui va permettre de récolter les fonds nécessaires au financement du projet.
Mais plus qu’un financement participatif, le crowdfunding permet de fédérer un grand nombre de personnes autour d’un projet.
Il est à noter que les fonds peuvent être alloués de quatre façons différentes :
sous forme de don : une personne – physique ou morale – donne une somme sans rien attendre en échange. Les associations, par exemple, peuvent opter pour ce type de financement pour divers projets (voyages, construction d’un centre d’accueil…) ;
en échange d’une récompense : une personne – physique ou morale – donne une somme, un don pour lequel elle est récompensée. En musique, par exemple, vous pouvez aider un jeune artiste à sortir un EP. Selon la somme que vous versez, vous pouvez recevoir, en échange, l’EP dédicacé ou encore une invitation à un concert.
sous forme de prêt : une personne physique prête une somme qui lui sera rendue avec ou sans intérêts (décision propre au porteur de projet) ;
selon le principe d’« equity crowfunding » ou investissement participatif : une personne – physique ou morale – investit une somme dans un projet en échange de l’acquisition de parts dans l’entreprise financée (directement ou indirectement).
 

Crowfunding immobilier : de quoi s’agit-il ?[2]

Cofinancer un programme immobilier ou réaliser un investissement locatif à plusieurs ? C’est ce que propose le crowdfunding immobilier.
Mais comment cela se passe-t-il exactement ? Il y a, d’un côté, des promoteurs immobiliers ayant besoin d’argent pour financer leur programme (immeuble, lotissement avec maisons individuelles…). De l’autre côté, il y a des investisseurs particuliers cherchant à booster leur épargne. Au centre enfin, se trouvent des plateformes de crowdfunding immobilier qui permettent de faire le lien entre les deux parties.
Si tout se passe bien, l’épargnant peut espérer 8 à 12 % de rendement annuel (avant impôts) pour 500 à 2 000 euros de mise minimale sur une durée de un à trois ans.
Plusieurs types de montages existent pour le crowdfunding immobilier : via une holding qui prend des parts dans une SSCV (société civile de construction vente), via une émission obligataire sur la holding qui détient l’ensemble ou une partie d’une SCCV ou encore via une émission obligataire pour une SAS (société anonyme simplifiée).
Présenté ainsi, ce système peut faire rêver, mais il faut être prudent, car des risques existent. Il se peut que divers professionnels impliqués dans le projet fassent faillite, que le budget de départ augmente pour diverses raisons ou encore que les logements ne se vendent pas. L’épargnant peut donc voir sa rentabilité réduire et il peut aussi, dans le pire des cas, perdre son capital.

 

Conseils pour le crowdfunding immobilier

Comme nous vous l’avons expliqué, le crowdfunding immobilier n’est pas sans risques. Aussi, certaines précautions sont à prendre.
Avant tout, assurez-vous que la plateforme que vous utilisez fait tout son possible pour limiter les risques cités précédemment.
De même, soyez sûr(e) qu’elle sélectionne soigneusement ses promoteurs et qu’elle est certaine que le programme concerné va véritablement voir le jour.
Notez également que l’investissement doit se faire, de préférence, via une SAS. Ainsi, pour les investisseurs, le risque de pertes sur la somme misée au départ est limité.
Enfin, vérifiez que la plateforme est réglementairement encadrée et a le statut de CIP (conseiller en financement participatif).
Vous pouvez, par exemple, faire confiance à Anaxago Immobilier, Lymo, Wiseed ou encore Canberra Immo.

 

Pourquoi les investisseurs sont-ils attirés par le crowdfunding comme solution de diversification de leur épargne ?

Le crowdfunding immobilier séduit les investisseurs en quête d’une solution de diversification pour leur épargne, motivés par plusieurs facteurs indéniables. Tout d’abord, la tendance à la baisse des taux de rémunération des livrets bancaires et des assurances-vie au fil des dernières années a rendu ces placements moins attrayants pour les épargnants, les incitant à explorer des alternatives pour optimiser leurs rendements.

L’immobilier, notamment la pierre-papier, s’érige comme un choix privilégié grâce à ses rendements généralement élevés. Les investisseurs peuvent aspirer à des rendements oscillant entre 4 et 5% en optant pour des biens locatifs ou en investissant dans certaines Sociétés Civiles de Placement Immobilier (SCPI). Toutefois, ces options requièrent fréquemment des capitaux substantiels et une expertise approfondie dans le domaine immobilier.

Dans ce contexte, le crowdfunding immobilier se présente comme une alternative séduisante. Il offre aux investisseurs un placement financier, souvent sous forme d’obligations, adossé à l’immobilier. Les rendements prévisionnels annuels proposés par le crowdfunding immobilier peuvent atteindre des sommets de 8 à 10%, surpassant ainsi largement les taux actuels des livrets bancaires et des assurances-vie.

Par ailleurs, le crowdfunding immobilier offre une palette d’avantages substantiels. Il autorise la diversification du portefeuille en permettant aux investisseurs de participer à différents projets immobiliers, atténuant ainsi les risques liés à une concentration excessive des investissements. De surcroît, il démocratise l’accès aux opportunités immobilières, même pour les investisseurs aux capacités financières plus modestes. Grâce aux plateformes de crowdfunding, les investisseurs peuvent s’impliquer dans des projets d’envergure auxquels ils n’auraient probablement pas eu accès autrement.

En résumé, le crowdfunding immobilier séduit les investisseurs en tant que solution de diversification pour leur épargne, tirant sa force de rendements prévisionnels attrayants, de sa capacité à diversifier les investissements immobiliers et de sa facilité d’accès aux opportunités du marché immobilier.

 

Le crowdfunding immobilier est une solution de financement participatif

Le crowdfunding immobilier, émergeant à partir de 2014 suite à la réglementation de la finance participative, représente une forme de financement participatif permettant aux investisseurs de contribuer financièrement à divers projets immobiliers. Cette pratique a pris de l’ampleur avec la régulation de la finance participative, qui englobe également des volets tels que le crowdlending et le crowdequity.

Le mécanisme du crowdfunding immobilier repose sur la mobilisation d’investisseurs qui apportent leur soutien financier à des projets immobiliers, souvent via des plateformes en ligne spécialisées. Ces projets peuvent englober l’acquisition de biens immobiliers, des travaux de rénovation, des constructions neuves, voire le financement de projets commerciaux tels que des complexes résidentiels ou des espaces de bureaux.

L’encadrement général de la finance participative a favorisé l’épanouissement du crowdfunding immobilier en offrant une alternative aux schémas d’investissement traditionnels. Désormais, les investisseurs ont la possibilité de diversifier leur portefeuille en investissant dans des projets immobiliers qui étaient auparavant inaccessibles ou réservés à de grands acteurs du marché.

Depuis 2014, le crowdfunding immobilier a enregistré une croissance significative, attirant une multitude d’investisseurs et de promoteurs immobiliers. Des plateformes spécialisées ont émergé, proposant des opportunités d’investissement transparentes et attrayantes. Les avantages de cette approche résident dans la facilité d’accès au marché immobilier, les rendements potentiels séduisants, ainsi que la possibilité de diversifier les risques en investissant dans une variété de projets.

En résumé, le crowdfunding immobilier représente une forme de financement participatif permettant aux investisseurs de contribuer financièrement à des projets immobiliers. Son développement depuis 2014, alimenté par la régulation de la finance participative, offre une alternative attractive aux investissements traditionnels et constitue une opportunité de diversification de portefeuille pour les investisseurs.

 

Comment le crowdfunding immobilier s’intègre-t-il dans les stratégies d’épargne à court terme ?

Le crowdfunding immobilier s’inscrit de manière particulièrement cohérente dans les stratégies d’épargne à court terme pour diverses raisons. Bien que présentant un niveau de risque légèrement supérieur par rapport aux comptes bancaires traditionnels, il suscite un vif intérêt parmi les particuliers.

Dans notre société axée sur les résultats immédiats, le crowdfunding immobilier répond de manière astucieuse à cette exigence. En permettant aux investisseurs de prendre part à divers projets immobiliers, il offre une opportunité de diversification rapide. Cela permet aux particuliers de constituer rapidement un apport personnel substantiel, particulièrement utile pour la préparation d’un crédit immobilier.

Ce type de placement se révèle également être une solution intéressante pour ceux qui cherchent à accroître leur épargne à court terme. Les projets immobiliers proposés dans le cadre du financement participatif ont souvent une durée relativement courte, offrant aux investisseurs la possibilité de récupérer rapidement leurs fonds une fois le projet achevé. Cette caractéristique contraste avec d’autres formes d’épargne où les fonds peuvent être bloqués sur une période plus étendue.

De plus, le crowdfunding immobilier ouvre la porte à la participation dans des projets immobiliers d’envergure auxquels les investisseurs n’auraient généralement pas accès. Cette démarche permet une diversification encore plus étendue de leurs investissements, augmentant ainsi les chances d’obtenir des rendements attractifs à court terme.

 

Quels avantages les particuliers trouvent-ils dans le crowdfunding immobilier par rapport aux comptes d’épargne bancaires traditionnels ?

Les particuliers découvrent plusieurs avantages dans le crowdfunding immobilier par rapport aux solutions classiques des livrets bancaires. Tout d’abord, dans un monde où la gratification instantanée est mise en avant, le crowdfunding immobilier s’inscrit parfaitement dans les stratégies d’épargne à court terme. Les particuliers sont attirés par le potentiel de rendement plus élevé qu’offre le crowdfunding immobilier par rapport aux livrets bancaires traditionnels.

Au cours de la dernière décennie, les taux de rémunération des livrets bancaires ont considérablement diminué, rendant ces produits moins attractifs en termes de rendement pour les épargnants français. Par exemple, le célèbre livret A offre actuellement un taux de rendement de seulement 0,75%. De même, certains placements favoris tels que l’assurance-vie ont également vu leurs taux diminuer, avec une moyenne difficile à dépasser les 3%. Face à cette baisse constante des rendements, les particuliers recherchent des solutions de diversification pour leur épargne, tout en tenant compte de leurs attentes et de leurs capacités financières.

Dans ce contexte, le crowdfunding immobilier offre une alternative intéressante. En investissant dans l’immobilier, notamment dans des projets immobiliers via le crowdfunding, les particuliers peuvent espérer des rendements généralement plus élevés. En effet, les rendements de 4 à 5% en termes de retour locatif ou pour certaines Sociétés Civiles de Placement Immobilier (SCPI) sont courants. De plus, le crowdfunding immobilier propose des placements financiers (sous forme d’obligations dans la plupart des cas) adossés à des biens immobiliers, offrant ainsi une assurance supplémentaire.

 

Est-il possible d’obtenir un prêt hypothécaire sans mise de fonds ?

Se lancer dans l’aventure d’un prêt immobilier sans apport est tout à fait envisageable, mais il faut garder à l’esprit que les banques scrutent chaque détail de votre dossier avant de rendre leur verdict. Voici quelques astuces judicieuses qui pourraient accroître vos chances de décrocher ce précieux prêt sans apport.

Tout d’abord, il est crucial de présenter un dossier solide et bien préparé. Les banques apprécient la transparence et la clarté, alors assurez-vous que toutes les pièces justificatives nécessaires sont en ordre. Préparez une liste détaillée de vos revenus, de vos dépenses mensuelles et de tout autre élément financier pertinent.

Ensuite, démontrez votre capacité à gérer vos finances de manière responsable. Une bonne gestion de compte, l’absence de découverts fréquents et un historique de paiements réguliers peuvent jouer en votre faveur. Les banques cherchent à minimiser les risques, et une gestion financière saine est un gage de confiance.

Il peut également être utile de solliciter l’aide d’un courtier immobilier. Ces professionnels connaissent le marché et ont l’expérience nécessaire pour présenter votre dossier de manière optimale. Leur expertise peut faire la différence et accroître vos chances d’obtenir un prêt sans apport.

Si vous avez des antécédents de crédit, assurez-vous de les expliquer clairement dans votre dossier. Parfois, des événements passés peuvent affecter votre cote de crédit, mais une explication honnête et bien argumentée peut montrer que vous avez surmonté ces défis et que vous êtes maintenant financièrement stable.

En résumé, obtenir un prêt immobilier sans apport demande une préparation minutieuse et une approche réfléchie. En suivant ces conseils et en présentant un dossier complet et transparent, vous maximisez vos chances de convaincre les banques de vous accorder le financement nécessaire pour réaliser vos projets immobiliers.

 

Est-il avantageux d’ouvrir un Plan Epargne Logement en 2023 ?

Se lancer dans l’ouverture d’un Plan Épargne Logement (PEL) en 2023 peut susciter des interrogations quant à son avantage réel. Cependant, pour répondre à cette question cruciale, explorons ensemble plusieurs éléments clés.

D’abord, le PEL présente un attrait indéniable grâce à son taux d’intérêt souvent plus alléchant que celui des simples comptes d’épargne. Cependant, gardez à l’esprit que ce taux peut fluctuer au gré des décisions de la Banque de France sur les taux directeurs, ce qui peut influencer la rentabilité de votre épargne.

De surcroît, le PEL offre des avantages fiscaux non négligeables. Les intérêts générés par ce plan sont exonérés d’impôt sur le revenu jusqu’à la douzième année, un atout appréciable pour les épargnants soucieux de minimiser leur charge fiscale.

Néanmoins, il est impératif de considérer certaines limites et conditions associées au PEL. Le plafond maximal d’épargne sur un PEL est fixé à 61 200 euros, et la durée de vie du plan est limitée à 15 ans. De plus, l’utilisation des fonds du PEL est principalement destinée à l’acquisition ou à la rénovation d’un logement, ce qui peut restreindre les possibilités de retrait.

Il est également crucial de souligner que le contexte économique et les conditions du marché peuvent influencer la pertinence du PEL. En 2023, prédire avec certitude l’évolution des taux d’intérêt et les opportunités d’investissement immobilier reste délicat.

En conclusion, l’ouverture d’un PEL en 2023 pourrait être avantageuse grâce à son taux d’intérêt attractif et aux avantages fiscaux qu’il propose. Cependant, il est primordial d’évaluer minutieusement vos objectifs financiers, vos besoins en liquidités et d’explorer les alternatives d’investissement disponibles avant de prendre une décision. Dans cette démarche, l’avis d’un conseiller financier professionnel peut s’avérer précieux pour déterminer si le PEL correspond à votre situation personnelle et à vos aspirations financières.

 

Quel est le bon montant d’acompte pour un investissement locatif ?

Déterminer le montant idéal d’apport pour votre projet d’investissement locatif constitue une étape cruciale, et cette évaluation doit prendre en compte divers éléments spécifiques à votre situation. Les paramètres à considérer englobent votre situation financière, vos objectifs d’investissement, le type de propriété envisagé, ainsi que les conditions du marché immobilier local.

L’apport, défini comme la somme d’argent investie personnellement dans l’achat de la propriété en dehors du financement hypothécaire, revêt une importance stratégique. Il est généralement recommandé d’apporter un montant substantiel lors de l’acquisition d’une résidence locative. Un apport conséquent offre plusieurs avantages, notamment la réduction du montant total du prêt hypothécaire, une diminution des frais d’intérêt, et une meilleure probabilité d’obtenir un prêt immobilier avantageux.

Cependant, le montant d’apport optimal dépend de vos objectifs personnels. Certains peuvent privilégier un apport plus important pour alléger leurs mensualités hypothécaires et réduire leur taux d’endettement. D’autres, en revanche, peuvent préférer minimiser leur apport initial afin de conserver des liquidités pour d’autres investissements immobiliers ou faire face à des dépenses imprévues.

Il est crucial de prendre en compte les frais associés, tels que les frais de clôture, les taxes, et les éventuelles réparations nécessaires à la propriété. Ces coûts fluctuent en fonction de la localisation de la propriété et de son état général. Intégrer ces coûts additionnels dans votre calcul d’apport vous garantit d’avoir suffisamment de fonds pour couvrir l’ensemble des dépenses liées à votre investissement locatif.

Envisager une consultation avec un professionnel du secteur immobilier, tel qu’un conseiller financier ou un courtier en hypothèques, peut s’avérer judicieux. Leurs conseils personnalisés vous aideront à évaluer votre situation financière et à déterminer le montant d’apport le mieux adapté à vos besoins et objectifs spécifiques.

 

Quel est le bon moment pour lancer un projet ?

Choisir le moment propice pour donner vie à votre projet dépend de multiples facteurs qu’il convient de scruter attentivement. En première ligne, il est impératif d’analyser les conditions et tendances du marché. La réalisation d’une recherche approfondie sur votre marché cible, englobant l’identification de vos clients potentiels, de vos concurrents et de leurs stratégies, constitue une source précieuse d’informations.

De surcroît, une évaluation approfondie de l’aspect financier de votre projet s’impose. Scruter votre budget, obtenir un financement adéquat et élaborer un plan financier réaliste sont autant d’étapes cruciales pour vous assurer des ressources nécessaires au lancement et à la pérennité de votre initiative.

Par ailleurs, déterminer le moment opportun pour lancer votre projet en prenant en compte des facteurs externes, tels que les conditions économiques, les événements sectoriels ou les prochaines avancées technologiques, peut exercer un impact significatif sur son succès. Par exemple, si votre projet s’inscrit dans le domaine technologique, le lancer lorsqu’une nouvelle technologie ou innovation est sur le point de perturber le marché peut s’avérer avantageux.

En outre, la préparation interne de votre projet revêt une importance cruciale. Cela implique de s’assurer que votre équipe est adéquatement préparée, formée et équipée pour relever les défis liés au lancement. Établir des objectifs réalistes, fixer des échéances claires et avoir une feuille de route bien définie peuvent également favoriser une exécution fluide de votre projet.

En fin de compte, le moment propice pour lancer votre projet émerge de la conjonction favorable d’une analyse approfondie des conditions du marché, de l’évaluation de la situation financière, de la compréhension des tendances de l’industrie et de la préparation interne. Bien qu’il n’existe pas de réponse universelle à cette question, une prise en compte méticuleuse de ces facteurs, conjuguée à une stratégie bien élaborée, peut grandement accroître vos chances de succès lors du lancement de votre projet.

 

 

 

[1]    http://www.goodmorningcrowdfunding.com/definition-du-crowdfunding/
[2]    http://immobilier.lefigaro.fr/article/faut-il-se-laisser-tenter-par-le-crowdfunding-immobilier-_41017ee8-639d-11e5-ad7b-6ff9c59cd966/ + http://leparticulier.lefigaro.fr/jcms/p1_1592620/investir-dans-l-immobilier-grace-au-financement-participatif