Chasseur d’appartement sur Paris 15e sollicité pour trouver un charmant 2 pièces, très lumineux, à un couple d’étudiants primo-accédants !

 

Trouvé !

Découvrez une recherche menée rapidement par Arnaud Meunier, notre chasseur d’appartement spécialisé sur Paris 14e -15e pour un couple d’étudiants, désireux de trouver leur petit logement parisien, tout en bénéficiant de conseils avisés pour ce premier achat immobilier.

 

Quel était le projet immobilier de Christophe et Hélène ?

Étudiants en fin d’étude, Christophe et Hélène sont bien décidés à trouver un logement à Paris, en lieu et place de leur location actuelle. Et, pour accompagner ce premier projet immobilier, les jeunes gens peuvent compter sur le soutien financier de leurs parents respectifs.
 

Pourquoi préféraient-ils faire appel à un chasseur d’appartement ?

Absorbés par leurs études, Christophe et Hélène ne bénéficiaient pas d’un volume horaire très important, pour effectuer leur recherche d’appartements. Sans compter qu’ils préféraient aussi s’entourer d’un professionnel pour être sûrs de leur acquisition.
 

Comment ont-ils choisi HOME SELECT chasseur immobilier ?

Après quelques minutes sur Internet, le jeune couple a rempli le formulaire de contact de HOME SELECT : dès sa réception, Jean Mascla a transmis la demande à Arnaud Meunier, l’un de ses chasseurs immobiliers, spécialisé dans le secteur convoité.
 

Qu’est-ce que le couple recherchait exactement ?

Très rapidement, notre chasseur a contacté Christophe et Hélène pour expliquer le fonctionnement de HOME SELECT et convenir d’un rendez-vous destiné à clarifier leur demande et les impératifs associés à leur mode de vie, avant de leur faire signer un mandat de recherche. Comme le couple était installé dans une résidence étudiante, Arnaud n’avait pas d’intérêt à venir découvrir leur logement !

Le 2 pièces convoité, d’au moins 28 m², doit comporter un salon / séjour et une chambre à part. Le bien doit se situer dans le 14e ou le 15e arrondissement, dans un quartier, à la fois vivant et commerçant, avec un accès sur Malakoff, dans la mesure où Hélène donne des cours au sud de Paris. Idéalement, l’appartement, plutôt en étage (pas de rez-de-chaussée et de premier étage) pour davantage de lumière, doit être inscrit dans un style typiquement parisien (parquet, moulure, cheminée…)

Pour concrétiser ce premier achat immobilier, Christophe et Hélène disposent d’un budget de 310 000 €, avec la possibilité de dépasser légèrement cette enveloppe pour un coup de cœur.

 

Comment Arnaud s’y est pris pour démarrer sa recherche ?

Une fois le téléphone raccroché, Arnaud se lance immédiatement dans la recherche : pour cela, il paramètre des alertes dans l’application HOME SELECT et travaille les annonces dégagées, l’une après l’autre, appelant les agences concernées, pour obtenir davantage d’informations, voire prendre un rendez-vous…
 

Pourquoi les premières offres n’ont-elles pas abouti ?

Pour cette recherche, notre chasseur d’appartement a réalisé beaucoup de visites – avec ou sans Christophe et Hélène, en fonction de leurs disponibilités. À chacune d’entre elles, il parvient à affiner les critères : le charme et la luminosité sont devenus des éléments prépondérants. Tout comme le calme et la surface de la chambre. En effet, Arnaud comprend alors qu’elle est également destinée à servir de bureau pour permettre au couple de travailler séparément dans des espaces distincts.

Au cours de cette recherche, les deux étudiants se sont positionnés deux fois sur un bien : ils ont tenté d’obtenir le premier avec une offre juste, mais légèrement en dessous du prix demandé et ce n’est pas passé. Pour le second bien, un studio transformable en 2 pièces, le vendeur a privilégié une offre sans condition suspensive, malgré leur proposition au prix…

 

Comment Arnaud a-t-il repéré l’annonce qui allait tout changer ?

Au-delà des alertes HOME SELECT, Arnaud continuait de regarder directement sur le site des agences des biens plus chers que l’enveloppe initiale, dans la mesure où ses acheteurs pouvaient prendre quelques libertés sur ce point, le cas échéant. Un soir, il repère une annonce qui, immédiatement, suscite un grand intérêt de la part de Christophe et Hélène (malgré le budget !) : le couple demande à Arnaud d’organiser un rendez-vous et ce dernier obtient une visite pour le lendemain en début d’après-midi…

 

À quoi ressemblait l’appartement trouvé ?

Situé dans le 15e arrondissement, du côté de Convention, dans une rue calme, tout en étant proche des commerces, l’appartement appartient à un bel immeuble des années 30. En dernier étage et traversant, il est très lumineux et présente une vue bien dégagée sur les toits de Paris. Charmant avec ses soupentes, il réunit tous les critères du couple !

 

Christophe et Hélène se sont-ils positionnés rapidement ?

Dès les premières minutes de la visite, Christophe et Hélène ont un vrai coup de cœur pour ce bien atypique : ils rédigent immédiatement une offre au prix sans condition suspensive : comme c’est la première proposition que le vendeur reçoit, elle est évidemment acceptée !

Deux jours plus tard, les deux étudiants reviennent avec leurs parents respectifs pour entériner définitivement leur décision : en quelques minutes, c’est chose faite !

 

Le couple avait-il des travaux à prévoir ?

L’appartement ne nécessitait pas de travaux : Christophe et Hélène ont simplement désiré réaménager l’espace cuisine. Le reste étant en excellent état.

 

« Compliqué, mais très content d’avoir trouvé »

La recherche de biens de petites surfaces est très vite compliquée à Paris : ce type de bien part extrêmement vite, il faut donc rester à l’affût, se montrer très réactif pour les visites et se positionner rapidement ! Heureusement, cela n’a pas posé de problèmes pour Christophe et Hélène, pourtant primo-accédants. Sans compter qu’ils bénéficiaient, par ailleurs, d’un bon dossier.

 

« Un bien atypique « coup de cœur » : la panacée ! »

De leur côté, le jeune couple est absolument ravi de cette collaboration : au-delà de la difficulté de trouver ce type de biens, ils sont parfaitement conscients que « trouver un bien atypique est d’autant plus rare ! »